Miroir 鏡子

Nam Gye-u | Butterflies and Peonies | Korea | Joseon dynasty (1392​–1910)

L’Orient virginal s’élève par le feu éthérique, celui qui ne brûle pas, et les bêtes le savent, celles mêmes qui, parfois aussi fines qu’un cheveu, vous font mille et une salutations secrètes. Bercée par le songe, aussi scrupuleux qu’un crépuscule hybride, se lamentant des sèves descendantes d’une plante, voici que l’âme voyage. Elle pose une main sur la vision et comprend que l’invisibilité est de l’autre côté, du côté du véritable rêve. Le rêve s’éveille et les multitudes opaques se brisent comme un verre de cristal. En allant de ce côté, la vision est éclatante et l’âme parle. Ce ne sont plus les bruits insolites, ni non plus les fissures d’un ancestral mur, mais bien d’un univers qui plane. Est-ce au dedans, est-ce à l’extérieur ? L’âme fait quelques pas. Peux-tu nous confier, Ô Cristal, le secret d’un tel passage ? Alors, les formes informelles se rangent toutes devant elle et font une révérence. « A la rosée lustrale, il est un feu ardent. Celui dont le cœur est touché par sa lumière, connaît toutes les tourmentes, mais parvient au monde des connaissances. Substratum. Tel est doux aussi le frôlement d’une sauterelle, ou bien d’une libellule. Tel est l’indice d’une pluie estivale. Chaque seconde est une réponse au substratum. »

Publicité

2 réflexions sur “Miroir 鏡子

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s