Tempête

Prolifiques emphases d’un soubresaut semblable à un mirage, mais Oh combien simple en cette brassée de santal. Abondance que l’on cache avec des haillons au sortir d’une sorte de vase, alors que les rivages dansent et flottent sur les embarcadères de tous nos voyages. Les cruciales vaporeuses d’une mousseline sans voilage, l’on remonte le temps qui se pose, enfin sur l’indicible rose. Le vent fait rage et plaque le corps tout contre le surprenant érable, tandis que ses bras enchantent le tremblement saisonnier d’une phrase. J’irai seule, brandissant un carnet, puis une plume, traçant le sillon d’une herbe grasse et dans un ravin de brume, je t’attendrai, de sorte que les senteurs boisées avivent mon cœur rivé éternellement à ton regard. Comme la tempête devient ma douceur aigüe, et comme serrant fort nos écumes sauvages, je marche ininterrompue de ta soif.

Peinture de John William Waterhouse

Publicité

8 réflexions sur “Tempête

  1. Pingback: Tempête | Art et Semence – le blog de Daniel Milan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s