L’exil

L’on s’exile de douceur, sur un chemin de feuilles éparses, puis l’on s’arrête définitivement par le geste d’une main amie et l’on se laisse à cette hébétude, l’éternité. Le périple vient de commencer et je suis encore à regarder le papillon voler. Ne t’ai-je pas, une fois de plus, retrouver Ô Maître ?

Une réflexion sur “L’exil

  1. Pingback: Un ermitage onirique | Pays de poésie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s