Châteaux imprenables

S’évader des châteaux imprenables,
Comme d’irisés jardins,
Sous les blanches tonnelles,
Quand la sauge et le romarin,
Courtisent les nouvelles,
Les amitiés que l’on sème,
Dans le vent du doux printemps,
L’abeille et le bourdon,
D’irréductibles compagnons,
Dans le soleil de notre violoncelle,
Les vertes fragrances de l’instant,
Que dis-tu de notre beauté fraternelle,
Résistante, et que font donc tous les moutons ?

***

La peinture est d’Anna Bilinska-Bohdanowicz.

Publicité

4 réflexions sur “Châteaux imprenables

  1. Bon jour,
    C’est le titre qui m’interpelle. J’ai toujours considéré la femme comme un château, voire une citadelle … 🙂 A la lecture de votre texte, je l’ai lu aussi un ver sur deux et tout se tient pareillement bellement … d’ailleurs, je me demandais si l’apport du mot mouton franchissait le cap de l’ironie telle une chute ?
    Max-Louis

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s