Le Héron

Un jour, j’interrogeai muette, le calme héron,
Qui, au milieu de l’eau, semblait irréel.
Je tournais furtif mon regard vers le ciel,
Et l’oiseau s’envola vers une haute branche ;
Sans doute avait-il entendu ma question ?
Son corps blanc avait déchiré ma nuit,
Le silence comme déconfit de spasme,
En mon âme subjuguée, et je découvris
La réponse irénique que son aile avait tracée.
Alors je remerciai ce noble et grand oiseau.
Tels sont les secrets qui nous bouleversent,
Ceux qui font de la vie, la splendeur d’un tableau.

Image : Héron Gravure by Mikio Watanabe, 2012

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s