Coquelicots

Me suis suspendue à leur verte tige, puis j’ai volé au vent, comme les pétales sont légers et mes doigts ont soudain frôlé la guitare de quelques notes pluvieuses, ces notes que je t’ai volées. Ai-je abandonné féminité et éthérée, n’ai plus su quoi être, ni devenir ? Le sais-tu ? Les hirondelles vont et viennent et je crois qu’elles m’emportent aussi avec elles, bien malgré moi, dans la valse de leur gracile corps. Des phrases, dans le secret, et le cœur déchiré comme une fin de journée écrasée par l’horizon.

Publicité

2 réflexions sur “Coquelicots

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s