Liang 亮

Un jour, elle se perdit sur la route qui menait à la grande ville. Une lueur ensablée avait tout balayé et sous les rafales violentes, titubante, elle dût s’attacher à un arbre. Elle se couvrit de la tête aux pieds d’un long châle. L’air n’était plus qu’un énorme sifflement qui voulait rageusement tout arracher sur son passage. Elle appela dans le noir, de toutes ses forces, de toute son âme : Liang ! Liang ! Mon ami Liang ! Le visage semblait crisser sous le sable. Elle eut peur de plus jamais le revoir. Elle eut peur de ne plus sentir la main de son ami. Elle eut peur, peur… Et elle sanglota durant de longues minutes. Et puis, soudain, elle sentit des bras l’entourer et la serrer très fort. Là, là, ma petite, tout va bien, je suis là.

Publicité