Pandémie d’amour

La pandémie mentale est une prison à perpétuité. Il s’agit sans doute de la pire. Mais comme la vie n’appartient à personne, je dirais plutôt : laissez la vie s’approprier de vous. La pandémie totalitaire est un virus invisible, mais guère invincible. Il suffit de regarder autour de soi, d’être présent à la vie, de lui sourire. Voyagez en vous maintenant, jusqu’au plus reculé des endroits. En Inde, par exemple. Promenez-vous dans les ruelles défavorisées et embrassez les enfants affamés. Portez-les tout contre votre cœur, caressez doucement leur tête et transmettez-leur depuis la lumière de votre cœur tout votre amour. Faites-le. Donnez en pensée diffuse et voyagez aux quatre coins de la planète. Il y a des gens qui souffrent en silence. Chauffez-leur le cœur par votre cœur.

Publicité

Ce monde

La peur provient de la prison de notre âme. Nos corps nous alertent et nous parlent. L’inéluctable n’est pas une fin en soi. Il y a bien longtemps, très longtemps, les hommes avaient compris comment ce monde fonctionnait. Les uns sont devenus des pirates et les autres des bêtes de somme.