Vol

Ô ce vol, mon cœur,
Tu en as fait un voyage,
Cet indice que tu traces.

Serons-nous délivrés du rêve ? La joie ineffable d’une trêve et le couloir de nos pas, voici la lenteur du geste, le regard s’en va.

____

Peinture de Federico Infante

Publicité

Chaîne initiatrice

Nous avions jeté, aux flots, le vacarme de nos pensées et les rêveries interminables. Nous avions ficelé ces lots avec la corde de nos mots et nous avions oublié les choses que retenait notre mémoire. Assise au bord d’une falaise, nous laissâmes voguer notre esprit. Durant une longue période de notre vie, nous étudiâmes, telle une forcenée, ce qui nous façonna aussi, ce qui ébranla notre âme. Nous pourrions faire le récit d’un étrange moment, lorsque chaque herbe attirait notre attention, ou bien faire part du rire serti de rose, celui d’une Dame qui fut notre mère. Nous pourrions conter le récit réel et même imaginaire de ce que fut notre voyage. La lumière tamisée, les ombres de la cheminée, les flammes incandescentes. Nous pourrions vous raconter les paroles d’un sage, celui que fut notre père. Il avait le regard de ceux qui avaient plongé dans les plus grands précipices humains. Il avait cette façon de prendre votre main et de réchauffer votre âme. Il aimait plus que tout avoir un mot pour rire et chaque événement devenait une boutade. Nous riions jusqu’à en avoir les larmes aux yeux et la maisonnée resplendissait du feu intérieur.

Lire la suite

Correspondances LIII

Très cher,

Ne rien posséder, c’est sans doute n’avoir jamais cru que nous nous appartenions. La liberté réside dans le fait de ne pas projeter en ce monde ce que nous croyons être notre réalité. Vous me dites que celle-ci ne dépend ni de notre opinion, ni de nos pensées, ni même de notre éducation. Vous me répétez assez souvent que nous ne venons pas égaux en cette vie. Vous me précisez qu’il ne s’agit pas d’une lecture sociologique, qui demeure, malgré tout, bien superficielle. Vous ajoutez : si l’on prend la peine d’observer, nous voyons bien que nous sommes foncièrement différents. Je vous écoute attentivement, car, je n’imagine pas une seule seconde vous opposer mes impressions. D’emblée, je sais que je dois écouter et attendre. Attendre que cela résonne en mon être. A l’âge de treize ans, j’avais débuté un journal intime. Quand je l’annonçai à mon amie Carole, cette dernière me déclara avec sa familière propension à tout réduire : Ce n’est pas très original. Tout le monde tient un journal intime. Je demeurai coite. Elle avait sans doute raison. Néanmoins, je savais que nous avions tous notre singularité. Mon journal ne sera pas celui d’une ou d’un autre, me suis-je dit. Il était certes mon confident, mais surtout un support précieux pour aligner mes pensées, celles-ci s’inscrivant dans une quête concise et introspective, qui avait débuté depuis mon enfance. Il s’agissait, avant tout, de rendre visible un fil conducteur, celui d’un chemin de vie. Ne pas être comme tout le monde, ne relève pas d’une volonté propre.

Lire la suite

Ensemencée

La prose a cela de doux, douceur d’un vieux sentier au beau milieu de la campagne automnale, et sans nous étourdir, malgré tout, alors que les pas se font dansants, menus, dans les parfois, les arbres posent sur nous un regard inégalé. Il nous vient ce rythme alangui, mais, loin derrière, la feuille pleure, nous émeut par sa délicate présence, et sur le sol, gravitent, en densité à peine mesurée, les bruns et les jaunes de leur craquelure. Non ! Non ! le cœur n’est plus celui d’une adolescente qui cherchait, avec la déchirure des crucialités, le pourquoi du monde, le pourquoi du pourquoi. Le cœur n’est plus tendu, pareil à une voile dans les tourmentes d’un océan tempêtueux, ni même, écorché par le vent vif des interminables hivers. Il ne reste plus de trace sur la blanche écume, ni même tous ces pourquoi.

Lire la suite

Le Thé

Le thé et le temps,
Le soleil radiant,
L’ocre d’un rayon,
Suspendu à ton souffle,
Et le geste mesurant,
Ton cœur saisi par son or,
Seconde du firmament,
Poésie rebelle et accrue,
Sans trace de ton élan,
Le thé et le temps,
Effacés, comme évanescents,
Volute de l’eau,
A la surface d’un lac immanent,
L’un et l’autre disparu,
Ton cœur sans effort,
La lueur d’un feu vacillant,
Puis, la vague s’apaisant,
Le dos bien droit,
Les mains façonnant,
L’instant du sol flottant,
Le corps disparaissant,
Mais le roseau parlant.

Essence

Voix élévatrice,
Le cœur répond :
Ai-je jamais été séparé ?

Là, mon ami, là, nous nous sommes rencontrés et depuis le là nous parlons. Nous rions aussi. Nos mains jointes, nous reconnaissons ce long et beau voyage. Chaque jour, nous avons cueilli un fruit bien mûr et chaque jour, nous avons été émerveillés. Mon ami, quelle joie ces douceurs qui se sont élevées jusqu’à l’essence ! Ou bien est-ce l’inverse ?

Correspondances LII

Très cher,

Depuis longtemps, nous avons cessé de croire en la politique. Il nous semblait que les solutions, intégrations et autres fariboles devenaient saugrenues et nous excluaient définitivement de toute réalité. La vie n’appartient pas à ceux qui se voudraient nous diriger. Que l’on s’appesantisse ensemble sur les modalités d’une organisation sociétale, cela me semble, certes, la plus franche des approches. Depuis longtemps, nous savons que le pouvoir est corrompu. Une véritable gangrène quasi indissoluble. Pourtant, à défaut de sombrer dans le plus grand des désarrois ou de sauter de joie comme la plus niaise des personnes, nous avons opté pour un chemin intérieur, résolument et définitivement. L’on pourrait dire que ce chemin nous a choisi. C’est presque certain. Toutes choses, en nous-même, et même à l’extérieur, participaient de cette vivante orientation. Nous en avons parlé bien souvent. En dépit du fait que ce monde court à sa propre perte, nous avons répondu à l’appel intime de notre être. Nous n’y reviendrons pas. Au point où nous en sommes, nous n’avons pas peur du lendemain, ni peur de mourir de faim ou de froid. Si nous quittons ce monde, nous le quittons avec quiétude. Sans doute, sommes-nous loin de tout comprendre, mais, à ce moment précis, nous n’éprouvons ni regret, ni âpreté, ni rancune. Nous n’espérons ni nous ne désespérons. Nous sommes reconnaissante.

Lire la suite

L’eau

L’eau glisse,
Mes pas l’effleurent,
Ou bien est-ce mon cœur ?

La sérénité est semblable à un lac. Le miroir est aussi stable qu’une montagne. Pourtant celle-ci voyage si loin que le cœur a tressauté. Était-ce ici ? Était-ce ailleurs ? Le miroir s’entrouvre et l’âme est semblable au Miroir.

___

Tableau de Johan Fredrik Eckersberg (16 June 1822 – 13 July 1870)

Encore

Si je devais te répondre,
Je te répondrais.
Le rythme,
Mon pouls sur le rocher,
Je ne serais plus ici,
Je viendrais,
Le pas sur la grève.
Je n’ai plus de temps
Stupéfait !
Ni coursier,
Ni chevelure,
Ni même stature,
Ni encore sourcier,
Car, si je devais marcher,
Je marcherais,
Le flanc au vent,
Les yeux collés à la lecture.
Mais, si je devais lire,
Je lirais,
La plume
Et l’encolure,
Submergée au levant.
Et, si je devais me lier,
Je me lierais,
Les poignes d’une césure,
L’aube,
Eloquente !
Et, si je devais te faire le récit,
Je m’envelopperais d’un ruisseau,
Je saisirais la rose des mots,
La bouture des montagnes imposantes,
Le charme de la lenteur,
Et, si je devais te le dire,
Je te le dirais,
Sans jamais finir,
Je te le dirais encore.

___

Peinture de Félix Mas

Chat

L’œil du chat,
Plissé,
Ne cherche ni à danser ni à ruer ;
L’instant s’écrit, agile ;
Marge, margelle, combinée,
Retrousse les pan-ta-longs,
S’amuse doublement,
Indifférent,
Le monde passe,
Le chat, pupille dilatée,
Offre un bol et du thé :
Le moine rencontré,
Le soufi danse,
Para-bol et grain musqué,
L’Amour centré,
Joie
Du doux silence,
Le chat ronronne, sapience
Au matin s’est levé,
S’étonne de certaines stances,
Puis,
Indifférent,
Le mur, pitance,
Quelques mûres étiolées.

__

Estampe Hishida