La pluie a semé sa Joie

Il est des moments de pluie qui nous parlent. Chaque goutte devient une douce confidence. L’éclat de la main cueillant les perles et l’on penche la tête pour entendre le chant d’amour. Telle beauté dévore l’insolente rébellion. Nous n’écoutons pas les rumeurs du monde et nous savons que la Sagesse est deux ailes équilibrées. Ni à droite, ni à gauche, et la mort effleure la vie, tout comme la vie effleure la mort, constamment. Maintenant, les yeux sont l’autre monde et ineffable voix de l’amour. Il nous encercle de Ses deux Mains, et tout a basculé. Le Souffle léger est le bruissement d’une Visite. Tout est Remerciements. Tout est sourire, car tout est bien.

Publicité

Papillon 蝴蝶

Personne ne peut croire à certaines distorsions, à l’extraordinaire, sans passer pour un fou. J’ai toujours cru à tout et tout a toujours été possible. Il y a longtemps, j’avais observé une chenille. Toute entière, extrêmement elle-même, elle me semblait si belle. Je rêvais de la chenille. J’avais compris que celle-ci prenait diverses formes, diverses couleurs, mais qu’il s’agissait toujours de la même chenille. Je marchais derrière elle, accroupie, au ras du sol. Parfois je prenais un petit bâton et l’invitais gentiment à le gravir. J’aime te regarder, petite chenille. Tu es vivante et si belle. Parfois, dans le doux velours d’une fleur, cette prodigieuse larve s’y révélait. La fleur était devenue la chenille qui avait rêvé de la fleur. D’autres fois, elle se lovait dans un délicat écrin de soie. Elle s’y endormait et se laissait aller à l’étrange transformation. Soudain, j’étais dans la chrysalide. Je sentais presque les suées alchimiques. Mon cœur devenait cocon. Un jour, un papillon d’un bleu nuit s’était extrait de mon bras. Je le suivis avec hébétude. Vous n’allez pas me croire. Je le sais. Pourtant j’ai bien vu ce papillon s’extraire de moi. Je l’ai suivi avec fort enchantement. Puis, il a disparu.

Je suis touchée par chaque instant et chaque instant me touche. Chaque instant est un papillon. Chaque instant est un livre ouvert. Chaque instant est un pur ravissement. Si je vous dis que j’ai vécu la féerie, vous ne me croirez pas. Si je vous dis qu’il existe des choses bien plus surprenantes que vous n’osez l’imaginer, vous ne me croirez pas. Je vis dans la plus extraordinaire des croyances et je n’ai pas honte de le dire. Je n’ai pas honte de nommer Dieu. Je n’ai pas honte de dire que la vie est un jardin sacré. Je le remercie de m’avoir con-vaincue. Je trouve merveilleux de le chanter et alors, le cœur, la bouche et les mains deviennent des papillons palpitants.