Aimer

Dans la simplicité,
Aimer, sans la multitude,
Aimer par l’unité.

Au centre, la convergence ; l’essieu, le milieu. Dissolution n’est pas union. Avec mon ami nous parlons longtemps. Nous nous aimons. Nous buvons un café ou deux. Nous contemplons les étoiles et nous remontons jusqu’à Platon. Distillation du temps, recueil ouvert au diapason. Nous aimons ceux que nous visitons et nous leur disons : « Nous vous aimons ! » Le sanctuaire est la rencontre possible. Pour parvenir au véritable sourire, connaître. Pour parvenir au parfait sourire, s’asseoir. Pour parvenir au sourire rayonnant, écouter et recevoir. La rencontre est un long temps, longtemps. L’Amour mûrit hors de la quantité. Comment aimer un à un, sans que ne soit briser le Temps ? « J’aime la rareté », me dit mon ami. – Et qu’est-elle donc ? Le temps de la transformation, le temps de l’in-fusion… Chaque être mérite d’être aimé en sa quintessence. Chaque être mérite que l’on se recueille longtemps avec lui.

Publicité

Harmonie

Les yeux font le récit, celui d’une vie entière, celui aussi du grand Voyage. Ils rencontrent une histoire qui vient de naître. Elle remonte si loin dans le temps que les frontières de la fin touchent celles du commencement, se chevauchant dans le silence d’une prompte et pérenne communion. Lors que deux êtres se rencontrent, ils sont vierges d’eux-mêmes, et ils sont simultanément leur vie profuse et parallèle, des milliards de secondes dans l’infinité de leur profondeurs abyssales, et chacun d’y consentir dans la présence, et chacun d’y susciter le prétexte d’un tissage dans l’harmonie des courbes ondulatoires de leur Amour.