Le langage des oiseaux

.

Si l’on dit que le monde s’écorche vif, et que des braises incandescentes sont parsemées dans un ciel rougeoyant, et si l’on dit que le vent se grise des feuillages de certains arbres, tandis que les fleurs éparses dansent et luttent parfois âprement, alors que les oiseaux volent, j’écoute leur ronde et demeure ainsi, assise, emportée par le temps. Lors que je m’allonge, je reste les bras posés sur les draps frais et blancs, paumes ouvertes et priant. L’oraison est si puissante, le souffle si prégnant, le corps se suspend à la présence, que dis-je, il en est tout entier submergé, et le cœur palpite subitement. Tandis qu’il est à précipiter le rythme, il se passe quelque chose qui relève totalement de l’intemporel et c’est ainsi que l’instant n’est plus instant, mais brusque conscience et discernement. Quand je relis, par moment, presque subrepticement, Le langage des oiseaux, je vais sans discontinuer vers Farīd ad-Dīn ʿAṭṭār et je m’assoie auprès de lui, au plus près de son âme dilatée, des pays qu’il visite et tous me heurtent d’une pointe suave qui me laisse hébétée. Durant de longs moments, je ne suis plus ici. Mon corps s’envole, mon âme voyage et je rejoins tout l’univers sans craindre un seul moment d’oublier le reste de la condition transitoire d’un monde. Quand un oiseau chante, son chant est à nous enseigner. Il heurte nos assoupissements et tel un prodigieux écho, il nous fait part de la plus infime relation, car toute chose est une vibration intense et je sais, oui, je sais, que cet instant n’est rien autre qu’une présence, celle grandiose d’une lumineuse réalité.

8 réflexions sur “Le langage des oiseaux

  1. Ce que je demande, c’est la grâce pour les plus démunis, les enfants condamnés, ou en
    Proie à des mauvais parents qui les maltraitent. Ce que je demande c’est que les shootés au perpétuel positif, le chant des oiseaux, les jolis arbres et leurs feuilles au vent, leur profite d’abord à eux. Qu’ils aient accès dès l’enfance à cette spiritualité, Cette philosophie, cette poésie, etc…je n’arrive plus à comprendre ce
    Monde ou les éternels insouciants balayaient d’un revers de main toute espèce de mal qui s’installe sur terre depuis des décennies. Il faut regarder en face les problèmes. Pour cela, il faut des doses considérables de réalisme et de dénonciation politique de ce qui est négatif. La poésie est pas condamnée à la douceur et, de fait, l’hypocrisie. Le poète d’aujourd’hui à peur de parler du mal. Pourquoi?

    Aimé par 1 personne

    • La poésie est une éclosion de l’âme. Elle vient des sphères supérieures. Elle parle de tout en son temps. Sachez que l’engagement est spirituel. Oui, brut de brut, je le dis : spirituel. La révolte n’est pas sagesse, mais la sagesse résout beaucoup de problèmes. La poésie cible l’âme, parce qu’elle est le langage de l’âme. Elle a pour vocation de permettre à l’âme de s’éveiller, car le plus grand des maux pour les humains, c’est la perdition totale de son lien avec les sphères supérieures. Les mondes de l’âme, car, il en est plusieurs. Ensuite, la poésie est un parcours. Une vie d’intériorité. Une vie a comprendre et à accueillir. Aujourd’hui, je suis persuadée que seul le lien avec notre Réalité originelle rétablira le Bien. La révolte : nous connaissons. Nous ne sommes pas des hors-sol. Nous sommes dedans. Nous sommes bien dedans. La douceur est l’expression du vrai. Un jour, vous le comprendrez. Du moins, je l’espère pour vous. Sur ce blog, vous trouverez de quoi vous mettre des choses sous la dent de la hargne. Mais, je sais que ce monde a besoin de paix. Oui de paix. Car, de là nait la lumière et de la lumière naît la réintégration de l’homme en son humanité.

      Aimé par 1 personne

      • Madame, vous êtes certainement meilleure pédagogue que moi c’est votre métier je crois. Votre écriture me plait sachez le, et je vous suis. Mais je m’adresse à des sphères moins accomplies. Comment aller les chercher? Tous ces jeunes voués au chômage. Les prostitutions toujours plus précoces, la pornographie comme nouvelle ressource de survie, les étudiants en phase d’échec scolaire, et l’économie incertaine, aux mains des plus cyniques…etc… j’aimerais qu’une fois, les hautes sphères aient cette force de redescendre vers ces millions de sphères perdues, nos générations futures livrées à elle même: que pensent-elles des poètes aujourd’hui, des esthètes ? Je ne parle pas de vous je sais que vous le faites ( j’ai lu votre blog en partie ) je parle de ces gens plein de bonnes intentions pour l’humanité, comment peuvent-elles accrocher cette jeunesse condamnée à survivre dans de telles conditions? N’allons nous pas les perdre si nous ne regardons pas en face leur problèmes ?
        Merci beaucoup pour votre écriture !

        J’aime

      • Je n’ose vous exprimer ma pensée. Elle est crue de crue, je puis vous l’assurer. Je suis certaine de votre bonne foi. Je comprends votre révolte. Je suis passée par là. Mais, je ne me suis jamais révoltée contre le Dharma. Ce monde finit. Oui, ce monde finit. Qu’on le comprenne ou non, c’est ainsi. Il ne s’agit pas de fatalité, mais, bien au contraire de réalité. Les sphères supérieures descendent si nous montons. c’est la loi du Dharma, du Réel. Il faut le comprendre, pour vous. Oui, d’abord pour vous, afin que vous sachiez où aller en vous même. Comment vous faire comprendre en quelques mots ? Oui, je souffre comme vous de cette totale déchéance. Je souffre, mais je sais aussi que c’est le cours des choses. Je suis d’accord avec vous quand vous parlez des poètes délurés de notre temps. Je les trouve morts ! Ils jouent avec les mots, mais, dans le fond, c’est véritablement mort. D’où mon engagement avec la Muse, les Muses ! Il faut tout balayer d’une certaine façon, mais d’abord en nous-mêmes. De cela, je suis persuadée. Merci d’être sensible au monde. C’est signe de bonté en vous. Trouvez à changer et vous changerez le monde !

        Aimé par 2 personnes

      • Merci beaucoup pour ces mots qui réconfortent. J’invoque souvent les forces d’harmonies, d’harmonies, de mon maître Kalou Rimpoche avec lequel j’avais pris refuge il y a longtemps! Sa bonté et son absence de niaiserie au sujet du monde et de la souffrance m’ont toujours aidés ! J’espère aussi qu’un jour toutes ces forces s’allieront pour sauver ce monde horrible et magnifique. Mais pour l’instant , cela ne me semble pas être le cas.
        A bientôt

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s