Vœu

L’instant ne fuyait pas,
La vie ne s’écoulait pas,
La beauté demeurait,
Au creux d’une étendue.

Comment ? Ne comptez pas !
Les larmes sont celles de l’instant cru.
Non ! Ne me demandez rien !
Il est des confidences sans fin,
Elles sont les perles de dix mille veilles.
Venez plutôt en silence,
Entendez-vous la mésange,
Car, le merle rivalise sur un toit,
Et l’arbre danse ?
Non ! ne me demandez rien !
Comprenez que l’appel est sans lendemain,
Puisque rien n’est vain.
Secret de la présence,
Butinant l’espace,
Etoffe de notre joie,
Puis, mourir tant de fois,
Renaître dans l’effluve d’une vague,
Celle-ci a les effets du frémissement.
Que dis-tu ?
Vivre d’une larme douce,
Distillation d’un nuage.
J’ai fait le vœu, il y a longtemps,
Formulé tant de fois,
Epanouissance d’un au-delà,
Le corps a soulevé une page.

_____

Illustration de Kinuko Yamabe Craft

6 réflexions sur “Vœu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s