Harmonie

Comme doit être suave la douleur du lierre qui, aspergé de la force d’un mur, s’appuie à toute heure sur son compagnon ! Comme doit être langoureuse la veinure des feuilles, lors que la vigne goûte au ciel de toutes ses parures ! Comme doivent être aimantes les perles de l’aurore qui chantonnent sur les pétales de ton cœur ! Ô fleurs ! Il est des douceurs qui viennent éteindre les vagues de la parabole. La neige inscrit des oraisons au bleu profond de la nuit. L’un et l’autre sont apparus et dansent au relief de l’azur. Des siècles de regards élevés au ciel et à ce moment, l’arbre et la fleur se sont parlés. C’est là que je te vois, entre la douceur d’une envolée et les yeux scrutateurs et brillants d’un épervier. C’est là que je perçois ta lumière et que mon cœur s’y repose.

16 réflexions sur “Harmonie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s