Apologie Dyonésienne

Pour autant que la concrétude soit réelle, l’apologie Dyonésienne relève plutôt des mondes éthériques, ceux des réelles lectures homériques, platoniciennes et initiatiques. Sont devenues absconses ces allusions qui, en spiritualité, appartiennent à la nécessaire nécessité d’une aptitude requise et pratique. Alors que je rencontrais certains grands Maîtres, rarement visibles en ce monde, vous confierai-je, je pus constater qu’un seul regard de leur part suffisait pour qu’ils sachent pertinemment à qui ils avaient affaire. Je n’en étais nullement étonnée. Je dirai même que je m’y attendais assez naturellement. Si un Maître faisait mine de ne rien voir, souvent, c’était par mansuétude. Mais un Maître ne désire nullement s’entourer de disciples. Il est loin de cette cour haletante que l’on rencontre ici ou là, au sein des institutions néo-spiritualistes et débridées ; mais de quoi, au juste, sont-elles débridées ? L’on serait enclin à se demander : comment se fait-il qu’un Maître ne cherche pas à être entouré de disciples ? La quantité leur est d’office contre nature. Noyée par la masse, la spiritualité devient un gadget de plus, au sein d’une société à bon marché et révèle, par là même, sa méconnaissance du cheminement intérieur. L’on pourrait penser que la spiritualité s’adresse au psychisme. Est-ce juste ? Un des Maîtres rencontrés m’avait déclaré, sans détours : De nos jours, il faut un chemin pour parvenir au Chemin.

D’office, je n’ai rien rejeté de ce que j’ai entendu de leur part, car, je savais pertinemment, intuitivement, aussi, que la conque révèle sa perle. Le Maître est à Lui-seul la conque et la perle. Perle prolifique, nacre d’entre les nacres, substrat d’entre les substrats. Durant ces longues années d’étude, il faut dire, que ne me considérant pas comme un sujet déterminant en soi, je profitais de cette grande latitude qu’offre la lenteur : s’arrêter à l’écho. L’entendre résonner, parfois durant des années ; telles étaient les prédispositions dont la nature avait bien voulu, parfois à mon grand détriment, me doter.

J’étais fascinée par les chercheurs. Les chercheurs de vérité. Emily Kaitlyn en faisait partie. Elle attisait mon regard observateur et me pointait toujours l’instant, avec une intense fièvre, quasi contagieuse. Ses grands yeux perçants, farouchement d’une transparence étonnante, me livraient à son monde intérieur. Nul besoin d’artifice, de substances pour atteindre cette vibration Dyonésienne. Nous avancions, de concert, dans l’univers de la Transcendance. Nous écartions et défrichions, avec une effervescence incommensurable, ces univers prodigieux. Nous entendions. Nous écoutions. Qui nous menait ainsi à l’intérieur de l’intériorité, dans les effluves subtiles de l’essence, au sein même d’un monde éclos dans les tiroirs de l’exponentialité ?

©Béatrice D’Elché

**********

Peinture de Konstantin Sterkhov 

4 réflexions sur “Apologie Dyonésienne

  1. Pingback: Bouleau de Dionysos | Pays de poésie

  2. « 151. Dis : « Venez, je vais réciter ce que votre Seigneur vous a interdit : ne Lui
    associez rien; et soyez bienfaisants envers vos père et mère. Ne tuez pas vos enfants pour cause de pauvreté. Nous vous nourrissons tout comme eux. N’approchez pas des turpitudes ouvertement, ou en cachette. Ne tuez qu’en toute justice la vie qu’Allah a fait sacrée. Voilà ce qu'[Allah] vous a recommandé de faire; peut-être comprendrez-vous.

    152. Et ne vous approchez des biens de l’orphelin que de la plus belle manière, jusqu’à ce qu’il ait atteint sa majorité . Et donnez la juste mesure et le bon poids, en toute justice. Nous n’imposons à une âme que selon sa capacité. Et quand vous parlez, soyez équitables même s’il s’agit d’un proche parent. Et remplissez votre engagement envers Allah. Voilà ce qu’Il vous enjoint. Peut-être vous rappellerez-vous..

    153. « Et voilà Mon chemin dans toute sa rectitude, suivez-le donc; et ne suivez pas les sentiers qui vous écartent de Sa voie. » Voilà ce qu’Il vous enjoint. Ainsi atteindrez-vous la piété. »
    (Coran 6:151-153)

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s