Humanité

Combien de silences ont fui la douleur ?
Combien de errances ont leur finalité ?
Nous marchons sans trouble et sans leurre,
Au milieu de la fin d’un monde hébété.
Les hommes ont-ils soudain le même visage,
Pour que leur âme devienne comme ensorcelée,
Et que le vide s’emplisse des affres de tous les âges,
Et que les hommes ne savent plus rien de leur humanité ?

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s