Retour

Quelques bourgeons attrapés
Dans le murmure crépusculaire,
Quel était donc le chant des murailles,
Que signifiait le langage nébulaire,
Si de mélancolie mon souffle suspendu,
Au rossignol, les roses épandues,
Mon cœur s’était-il alangui ?
Ou bien était-ce l’aveu de nos mots consentis ?
Je suis rentrée dans le songe d’une gare,
Puis perdue, le chemin devint rose sauvage.
Perché très haut, il parla longtemps,
Et sa silhouette devint mon chant éperdu.

2 réflexions sur “Retour

  1. La richesse des mots transparaît dans chaque vers. Des significations pleines de sens. Une excellente soirée à vous ! Ce blogue me paraît pertinent, agréable sur lequel vagabonder. Bonne continuation ! 🙂

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s