L’ininterrompu

Les uns pourchassent les autres,
Mais au demeurant ne savent plus pourquoi,
Quand de mes mains,
Je grave le nom de l’instant.
J’ai bu à l’eau fraîche
Et mangé à l’amour,
Sans me soucier de demain.
L’on m’a dit : comment fais-tu ?
Le vent a touché l’ininterrompu.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s