Parchemin

Du son vague et martelé,
Au blanc d’un destrier,
Crinière des transpirs,
Quand le corps,
De l’homme,
Au corps de bête,
Suggère ta folie,
Enchaînés,
Entrelacés au souffle.
Crinière noire,
Envolée,
Aux mains agrippées,
Notre échappée,
Vent immaculé,
Ni soleil,
Ni aridité,
Dans le soubresaut,
Robe d’azur,
Sans fin,
Course échevelée.
Qui s’envole ?
Le parchemin m’a guidé.

Une réflexion au sujet de « Parchemin »

  1. Ping : Noirceur et blancheur | Pays de poésie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s