Liang 亮

Le murmure de nos jeunes fleurs de l’été persistant, le temps de notre hiver encore printanier, je suis surprise par ces fleurs qui suspendent les saisons, et je suis étonnée des suavités de la terre qui ronronne encore. Que s’est-il passé pour qu’en dépit du froid, du gel et de la nuit glacée, les fleurs butinent le soleil comme imprégnées de fidélité, de constance entêtée et se gorgent de l’amour échevelé ? Dis-moi, Liang, est-ce que l’hiver s’est trompé ?

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s