L’année du cœur

Image associée
UNE ESTAMPE ORIGINALE DE GEKKO OGATA (1859-1920)

Chaque regard nous éloigne ou nous rapproche, et nous n’avons pas épuisé les éventails de ces rencontres infinies. Certains jardins respirent le parfum suave d’une orangeraie, la douceur entêtante des violettes, le contraste savant des pourpiers, le coton des pétales qu’une fleur féerique peut offrir au cœur du plus démuni. Connaissez-vous le jardin qui n’a jamais été foulé ? Il se situe dans un monde très précieux qui est celui de l’instant. Ouvrez grand les yeux. Le cœur trace des sillons entre les jardins.

Béatrice, ce premier mercredi de Janvier 2020

Publicité

6 réflexions sur “L’année du cœur

    • Bonjour Aurelius,

      Merci pour votre lecture.
      J’espère que tout cela se trouve en vous aussi.
      Nous aimons que cela s’écrive en nous, tel un prétexte. Cela nous traverse…
      Je vous le dis parce que j’aime beaucoup votre prénom et qu’il est richement évocateur.

      Béatrice

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s