Liang 亮

Elle était de grâce, sans l’avoir cherchée, ses vêtements bien usés, de campagne que l’on avait courue sans se lasser. Les cheveux ruisselaient sauvages, au vent, emmêlés de poussière, de sable fin et des rosées de cascades, le visage de glaise séchée ; elle enfilait les ouvrages, brodait sur les coussins des paysages. Tu vois Liang, j’écris sur la soie, les heures de nos promenades.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s