Paysan

Travailler la terre comme on travaille les pierres, laver son cœur aux mots des rivières, goûter aux froides sueurs, laisser les doigts s’enfler de rougeur, pétrir son être au faire, dans les étables de poussière, manger le pain de l’âtre de nos fièvres, devenir le ciel qui vole au-dessus des chapeaux tordus d’arrogance, quand les joues de nos pères cuisent au soleil de nos Babels.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s