Plus tard

La liberté est une naissance bien avant la naissance. L’éveil est un réveil bien avant l’éveil. L’affirmation est une négation bien avant l’affirmation. Il faut oser vivre cette négation jusqu’au bout, jusqu’au bout, vous dis-je, faites-le, osez-donc, mais osez complètement, et vous rirez d’avoir basculé finalement dans la conscience. Vous en rirez, et je vous en parlerai plus tard…

7 réflexions sur “Plus tard

  1. Drôle de chose que la vie quand elle passe en l’humain, un mot qui ici enchante, peine là-bas. Osez, osez, mais l’innocuité retient la plume, quand bien même elle boit l’encre d’amour, elle brule par côté et peut blesser une âme. Comprenez ma dame, pour ma plume comptent toutes les âmes, et elle se désole qu’en vous réchauffant elle heurte ailleurs de sa flamme…

    Aimé par 2 personnes

    • Un Sage disait que la blessure volontaire est le pire des péchés. Mais, la blessure involontaire est une erreur qui se rattrape. Ce qui brûle est apparemment douloureux, mais demeure tout de même salvateur. Un jour, il n’est plus aucune blessure possible…

      Merci pour votre intéressante réflexion.

      Aimé par 1 personne

      • De mon corps ne subsiste que cette tige en fer, vers le bas, plantée en Terre, que les courants qui me passent au paratonnerre n’anniment plus en moi les terrestres misères. C’est de cette stratosphère mentale que je vous adresse ces mots, et c’est d’au dessus de vos nuages que les vôtres sont les plus beaux. Continuez ma chère, notre ami sait que ce n’est pas ce corps d’affectation mais ce qu’on en fait qui peut plaire. Vôtre pensée m’est plus chère, et rassurez-vous tout deux, mon sexe est au cimetière.

        J’aime

    • Les émotions ne sont que parfums des phénomènes, elles inspirent tantôt des aversions, tantôt elles attirent. Libre qui ne s’en inspire que pour débusquer oú se loge le désir. Car qui désire s’emprisone, et plus subtile encore de l’aversion la camisole. Tu cherche la liberté ? De ta propre geôle prends-donc la mesure, défait-toi de ces attaches qui contraignent ton humanité, car à qui n’attend rien tout arrive, et à qui s’embusque pour chasser au mieux rentre bredouille.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s