Sérénité

La sérénité vient après que nous ayons franchi le cap que seule la folie peut affronter. Dis-moi, qu’est-ce que la folie ? C’est quand nous n’avons plus peur de rien. Mais, la folie n’est pas la perte de la raison, la folie est une joie enfantine qui bouscule et ouvre grand les yeux. La folie est sans raison, l’amour de L’Être, sans besoin aucun, juste L’Être.

7 réflexions sur “Sérénité

  1. La folie, c’est quand nous n’avons plus peur de rien… C’est très juste. Du coup, ce sont les autres qui prennent peur de cette non-peur, peu rassurante parce que mal comprise. Et l’on voudra donc s’en rassurer en la requalifiant, c’est-à-dire en la plaçant dans un cadre acceptable. Ainsi parlera-t-on d’insouciance, de désinvolture, d’inconséquence… Car l’on n’a de la folie qu’une acception psychiatrique ou, tout au mieux, qualifie-t-on ainsi, de manière hyperbolique, ce qui n’appartient jamais qu’à des comportements excentriques ou simplement futiles (du genre « soyons fous ! ») Bref, il faut toujours s’en faire une raison, être un fou raisonnable, en quelque sorte, alors que la folie, la vraie, comme l’écrit Béatrice, est sans raison. Le monde est devenu fou, comme on dit, mais en même temps et assez paradoxalement, l’on y croise très peu de vrais fous…

    Aimé par 2 personnes

    • Merci Jules Beaucéant pour votre belle réflexion, complète et complémentaire. Vous avez su saisir l’esprit de cet écrit. La folie dont il est question ici, dans nos propos est précisément le fait d’une délivrance. Celui qui est véritablement libre, c’est-à-dire libéré de lui-même, de sa propre illusion et de sa projection n’est plus à vivre selon un conditionnement quelconque. Il explore et vit le réel. Le mythe de la caverne de Platon n’est pas sans nous rappeler la peur qu’éprouvent les gens face à eux-mêmes, face à cette réalité d’eux, face à ce qui les attend de l’autre coté. Pourtant, ce monde merveilleux recèle des signes et devient un véritable labyrinthe vivant, une sorte d’énigme qui devient aussi le lieu de l’apprentissage. L’Être s’éveille. Le rêveur veut posséder, avoir raison, dominer, vaincre, jalouser, railler, détruire… parce qu’il se sent précisément en danger. Mais, ce danger est une pure illusion. Cette frilosité vient de l’ignorance. Pourtant, cette frilosité m’étonne toujours car nous prétendons à la liberté, nous affirmons que nous sommes libres, mais nous faisons tout pour nous enchaîner en permanence. C’est cela la folie : vouloir ne pas voir, ne pas comprendre, ne pas accueillir. S’enfermer.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s