Le don

Ce matin, tu fredonnes les souvenirs, qui deviennent graines de lumière, évasés par le miroitement des pensées qui dansent. Ainsi, le soupir se transforme en présence et lorsque le soleil d’automne frissonne, le printemps n’est pas loin. Il se glisse sous les feuilles et soulève un pan du monde. Je ne serai plus jamais comme avant, échappée du bruit, ivre comme le vent, je ne serai plus comme avant, perdue dans les abîmes, celles de la seule gloire, celles du jour. Ne voyez-vous pas que ce matin est un corps entier et que chaque chose se pose légère et que chaque chose s’envole sans rien retenir ? Ne voyez-vous pas que la vie sur terre est une maison et qu’il faut prendre le temps, le laisser s’engouffrer hors des circonstances, jeter un pont, faire de soi un don ?

4 réflexions sur “Le don

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s